EMPATHIE
27 mai 2020

L’INACTION COUTE BIEN PLUS CHER QUE L’ACTION

Mercredi 27 mai, la Commission européenne a présenté son plan de relance pour répondre à la crise provoquée par la pandémie du coronavirus. 750 milliards d’euros dont 500 milliards sous forme de subventions et 250 milliards sous forme de prêts… Pour une durée limitée, le principe de la mutualisation des dettes à venir est donc entériné : les Etats les plus durement touchés par la crise seront épaulés par l’emprûnt commun créé. C’est bien le minimum : la solidarité européenne est indispensable face à cette crise sans précédent, et la mutualisation des aides (ainsi que le respect du Parlement !) sont donc bienvenus. C’est une avancée majeure et j’aurais même pu la qualifier d’historique si elle avait été plus ambitieuse.

… Si nous avions des garanties concrètes d’avancer sur le chemin d’une véritable transformation de nos économies, de la transformation écologique.

… Si nous étions certain.es de ne pas reproduire les erreurs du passé.

… Si nous étions sûr.es d’échapper à la fuite en avant.

Le plan présenté est largement sous-dimensionné et sous-conditionné : il ne réglera pas les difficultés sociales qui étouffent tant de nos concitoyen.nes. Il ne suffira pas non plus pour respecter l’Accord de Paris, ni pour lutter contre la sixième extinction des espèces. Nous devons absolument être plus ambitieux, nous devons avoir le courage d’emprunter un autre chemin, maintenant : c'est l'inaction qui nous condamne, c'est l'inaction qui coûte infiniment plus cher que l'action.

Je l’ai dit en plénière, à Bruxelles, à madame la Présidente Ursula von der Leyen
DAMIEN CAREME

Député Européen Verts / ALE**,
Président de l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants.

Biographie
Logo EELV
Logo les vertes ALE