EMPATHIE
24 septembre 2020

MON INTERVENTION EN COMMISSION LIBE – 24 SEPTEMBRE

Jeudi 24 septembre, au Parlement européen, je me suis directement adressé à Margaritis Schinas, le Vice-Président de la Commission LIBE et Ylva Johansson,la  Commissaire aux affaires extérieures, tous deux en charge du dossier « Pacte » sur l’asile et les migrations. J’ai dit ceci :

Il y a une semaine, en plénière, je disais la honte que j’ai ressenti en voyant le camp de Moria partir en fumée. Honte de voir nos dirigeants refuser la solidarité depuis si longtemps, sourds aux appels répétés de la Grèce. Honte de cette Europe incapable d’accueillir dignement.

J’espérais que le Pacte asile et migration – annoncé en grande pompe la semaine passée par Madame Von der Leyen – apporterait des solutions dignes et rendrait à l’Europe son humanité. C’est tout le contraire.

Par vos propositions, vous pliez déjà face aux gouvernements les plus réticents à l’accueil. Vous préférez satisfaire Orban et ses consorts plutôt que de défendre haut et fort les valeurs de notre Union : l’humanité, la solidarité. Pourquoi ?

Ces propositions piétinent aussi le Parlement européen, qui avec une majorité de plus de 2/3, avait déjà adopté une position ambitieuse sur la réforme de Dublin, actant l’indispensable principe de solidarité. Vous avez préféré refaire une autre proposition pour relancer les discussions, pourquoi pas. Mais pourquoi la calquer sur les demandes des pires démagogues, au lieu de tenir compte de la position déjà adoptée par ce Parlement ? Pourquoi ? C’est une entrave au principe de coopération loyale entre les institutions européennes, un principe pourtant inscrit dans le Traité !

Nous devons protéger les droits des réfugié-e-s, défendre la solidarité à l’égard de la Grèce, de l’Italie, de Malte. 

Pourquoi n’avez-vous pas opté pour des solutions dignes et ambitieuses ? Pourquoi n’avez-vous pas pris en compte la position de ce Parlement ? Pourquoi avez-vous préféré faire d’emblée une proposition au rabais, un pacte de la honte ?

MIEUX COMPRENDRE

Le président de la commission LIBE est Espagnol, socialiste, il s’appelle Juan Fernando Lopez Aguilar. C’est lui que vous voyez à l’image, donner la parole et couper lorsque le temps autorisé est écoulé. Son rôle est de faire en sorte que tout le monde puisse s’exprimer, dans le temps imparti pour chaque sujet à l’ordre du jour. Un matin comme ce matin, nous étions nombreux.ses à demander le micro : résultat 1 minute pour chacun.e, et un président qui s’est montré strict, interrompant parfois. Il arrive que le temps de parole soit plus libre. Tout dépend de la durée prévue pour les échanges et du nombre de député.e.s qui souhaitent intervenir.

DAMIEN CAREME

Député Européen Verts / ALE**,
Président de l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants.

Biographie
Logo EELV
Logo les vertes ALE