EMPATHIE
15 octobre 2020

LE LOBBY DE LA HONTE

Ils ne couvrent pas le feu, ils l'attisent

 Le Secrétariat Général des Affaires Européennes, sous l’autorité du Premier ministre, est chargé de garantir la cohérence et l’unité de la position française au sein de l’Union européenneA ce titre, il envoie régulièrement aux députés européens français la position du gouvernement sur tel ou tel rapport. L’objectif ? Défendre ce que le gouvernement pense être l’intérêt de la France. Libres aux députés de suivre ou non cette forme de lobby. 

En désaccord avec la politique menée par le Président Macron, il m’arrive assez rarement de considérer ce qu’il défend comme étant les intérêts de la France, de mes concitoyen.ne.s et même de la planète. J’y prête donc une attention relative. Sauf quand, comme aujourd’hui, le SGAE pratique un lobbying féroce et envoie aux députés de la Commission LIBE – commission dont je suis membre, à quelques heures de la présentation d’amendements, un texte qui défend la rétention des chercheurs de refuge. Un texte qui va à l’encontre de l’intérêt supérieur de l’enfant, à l’encontre de la solidarité, à l’encontre de l’humanité ! 

Les faits :

Le SGAE a fait parvenir aux députés français 4 pages dans lesquelles il attaque le rapport de ma collègue verte néerlandaise Tineke Strik, rapport qui porte sur la révision de la directive encadrant les retours de personnes migrantes. Dans ce courrier, le gouvernement défend l’usage de la rétention. Il considère qu’elle ne doit pas être systématiquement une solution de dernier ressort. Il veut, la France veut, en généraliser la pratique, en dépit des atteintes aux droits fondamentaux et des alertes lancées par les Nations-Unies sur la détention arbitraire. Rappelons-le : la rétention dans ce cadre est une pratique odieuse, qui vise à enfermer des personnes qui ont pour seul tort d’avoir dû fuir leur pays.

Pire, 2 pages plus loin, le gouvernement français indique qu’il estime nécessaire d’enfermer également les familles ! C’est contraire à l’intérêt supérieur de l’enfant, et les conséquences psychologiques sur les enfants enfermés, même moins de 24h, sont largement documentées. 

Les conséquences :

Outre ces demandes honteuses, cette intervention du gouvernement français dans le processus législatif du Parlement européen met en péril les compromis trouvés entre groupes politiques au prix de longues heures de négociations. 

Ce n’est pas une erreur. Le gouvernement français choisit délibérément de mettre en péril les négociations au sein du Parlement européen afin de « au mieux » y faire inclure des amendements honteux, « au pire », d’en bloquer purement et simplement le vote. Exactement comme la révision de Dublin a été bloquée par les États membres pendant plus de 3 ans ! 

La situation des chercheurs de refuge est dramatique, comme on le voit à Moria, à Calais et ailleurs, mais la France et les États membres jouent à bloquer les négociations plutôt qu’à trouver des solutions. 

Emmanuel Macron et le gouvernement français ne couvrent pas le feu, ils l'attisent. 

 
DAMIEN CAREME

Député Européen Verts / ALE**,
Président de l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants.

Biographie
Logo EELV
Logo les vertes ALE