EMPATHIE
9 février 2021

SAMEDI 6 FEVRIER 2021. UN FROID GLACIAL ACCOMPAGNÉ D’UN VENT CINGLANT.

Samedi matin, 9 heures : tout juste arrivée à Briançon, Caroline Roose, députée européenne retrouve les bénévoles de l’association « Tous Migrants ». Elle est la seconde parlementaire à se rendre sur place pour assurer les tours de garde mis en place grâce aux Maraudes Solidaires. A l’extérieur il fait très froid et le décor est jauni par un vent qui déboule du Sahara. Une brume jaunâtre embourbe la montagne et complique tout… 

«  En arrivant à Montgenèvre, je vais tout de suite me présenter auprès de la Police aux Frontières (PAF) avec mon collaborateur, Jean-François. L’idée ? Expliquer aux agents les raisons de ma visite. Je demande à voir le responsable de la PAF.  »

On me demande de justifier mon statut de députée européenne. Je leur présente mon badge du Parlement avec une pièce d’identité. Jean-François présente quant à lui son ordre de mission. Le responsable du service de la PAF arrive une trentaine de minutes plus tard : il nous annonce que nous sommes autorisés à voir les cellules, ainsi que l'accueil.

L'accès au "local de mise à l'abri", en revanche, nous est refusé :  cette démarche-là nécessite l'accord de la sous-préfète. Je téléphone donc à la sous-préfète. Cette dernière m'accorde l'accès, à condition que je laisse faire le travail des forces de l'ordre. 

À la suite de cela, avec les bénévoles, nous nous rendons sur les différents points de maraude. Nous allons à la rencontre des forces de l’ordre pour leur demander ce qu’ils sont en train de faire. "Nous surveillons la frontière" est la seule réponse que nous obtenons. Nous accompagnons ensuite les bénévoles de Médecins du monde qui nous montrent les endroits où s’abritent parfois, à bout de souffle, certaines personnes exilées :  des locaux de rangement de skis, par exemple, ou des parties communes d’immeubles.

Le brouillard jaune tapisse le relief. Il est impossible de voir quoi que ce soit : les conditions météo sont terribles. Nous retournons à la PAF afin de s'assurer que la responsable du service a bien reçu l’autorisation de la sous-préfète. Celle-ci a désormais donné son accord et nous voici autorisés à accéder au local de mise à l'abri : Cette pièce est un Algeco : elle contient des lits de camp avec matelas ainsi que des petites couvertures. Des tables en bois, similaires à celles que l'on trouve sur les aires d'autoroutes, sont disposées dans la pièce. Au moment où j’entre dans l’Algeco, il y a du chauffage. En sortant, je remarque des WC sur la gauche. Sur la porte de l’Algeco, pas de poignée ni de serrure : un simple fil de fer fait l’affaire.

Aux personnes exilées, explique-t-on leurs droits en tant que demandeurs d'asile ? On me répond de faire une demande écrite à la sous-préfète pour une question de ce type. Je vais évidemment le faire. Compte-tenu du contexte pandémique, je demande également si des test PCR sont effectués sur place : on me répond que non. 

Sur place, les associations mettent une énergie incroyable et font preuve d'une solidarité qui fait chaud au cœur. Durant toute cette maraude, les conditions météo étaient très difficiles : brouillard à couper au couteau, visibilité très mauvaise, froid glacial qui s'accompagne d'un vent cinglant. A un moment de la journée le thermomètre a atteint -4° degrés, mais j'ai eu l'impression qu'il faisait -10°, et ce malgré mon équipement.

Je pense aux personnes cherchant une échappatoire à la vie impossible dans leurs pays. Il leur faut traverser tant de frontières pour arriver dans ces couloirs pentus où la neige n'est pas damée, avec le plus souvent aux pieds, de simples baskets... Au Refuge Solidaire, à Briançon, familles et enfants étaient abrité.e.s. Il y avait ce petit garçon d'environ 5 ans, assis sur une table, jouant à cache-cache… l’imaginer dans les couloirs de neige, marchant de nuit comme de jour pendant son périple m'est insupportable.

Lui a pu atteindre le refuge. Mais combien ont dû repartir sans pouvoir avoir le choix de demander l'asile ? Comment peut-on imaginer des familles entières, femmes enceintes, personnes âgées, donc des personnes vulnérables faire cette traversée ?

Qui peut laisser faire cela... ?

Nous allons continuer à soutenir les associations mobilisées pour faire ce relais : le relais de l'espoir et de la fraternité. 

#MARAUDESSOLIDAIRES

JEUDI 18, VENDREDI 19 ET SAMEDI 20 FEVRIER 2021. NON SEULEMENT CE N’EST PAS DE L’ACCUEIL, MAIS C’EST UNE MISE EN DANGER DE PERSONNES VULNERABLES

25 février 2021
Quatrième fin de semaine, quatrième tour de garde des Maraudes Solidaires. Député européen, Claude Gruffat arrive à Briançon jeudi 18 février ; il s’apprête à vivr...

SAMEDI 13 ET DIMANCHE 14 FEVRIER 2021. LE COURAGE DES BENEVOLES : ILS, ELLES INCARNENT UNE EUROPE DE LA SOLIDARITE.

25 février 2021
Samedi soir, 19 heures : après un long voyage en train vers Briançon, Tilly Metz, députée européenne luxembourgeoise et son assistante Zita Massing, sont accueilli...

VENDREDI 12 FEVRIER ET SAMEDI 13 FEVRIER 2021. SE BATTRE POUR QUE LA VIE HUMAINE SOIT RESPECTEE

14 février 2021
Ce soir, samedi 13 février 2021 : je me sens encore plus déterminé à me battre pour faire respecter les droits et les conventions internationales. Pour faire respecter ce qui fait la vie humaine, le vivre ensemble. Traiter des êtres humains comm...

LIRE LA LETTRE ENVOYEE JEUDI 11 FEVRIER À EMMANUEL MACRON

11 février 2021
ICI #MARAUDESSOLIDAIRES Retour page précédente

A LA FRONTIERE, LA SOLIDARITE ET LA FRATERNITE

2 février 2021
Depuis plusieurs semaines, la situation à Montgenèvre - 1800 m d’altitude, à la frontière franco-italienne, est de plus en plus tendue. Multiplication des atteintes aux droits humains, refoulements des exilé.e.s et harcèlement constant des bénév...

VENDREDI 29 JANVIER 2021. IL Y A UN AVANT ET UN APRES.

2 février 2021
Il est presque 19 heures : Benoit Biteau, député européen, donne le coup d’envoi de nos Maraudes Solidaires. Le temps est glacial. Dans la nuit, plongés dans la neige, les bénévoles l’emmènent dans leur travail de fraternité. Durant 24 heures, Ben...

Les maraudes solidaires : élu·e·s écologistes et solidaires aux côtés des exilé·e·s et des bénévoles à Montgenèvre

29 janvier 2021
À partir de ce vendredi 29 janvier, des élu·e·s solidaires du Parlement européen et du Sénat se relaieront auprès des bénévoles pour effectuer des maraudes solidaires à Montgenèvre, à la frontière avec l’Italie, et accueillir les exilé·e·s contrai...
DAMIEN CAREME

Député Européen Verts / ALE**,
Président de l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants.

Biographie
Logo EELV
Logo les vertes ALE