EMPATHIE
14 février 2021

VENDREDI 12 FEVRIER ET SAMEDI 13 FEVRIER 2021. SE BATTRE POUR QUE LA VIE HUMAINE SOIT RESPECTEE

Ce soir, samedi 13 février 2021 : je me sens encore plus déterminé à me battre pour faire respecter les droits et les conventions internationales. 
Pour faire respecter ce qui fait la vie humaine, le vivre ensemble. 
Traiter des êtres humains comme des bêtes est intolérable. 
Inventer tout et n’importe quoi, n’importe quel prétexte, pour repousser des gens, quelle que soit leur situation, est intolérable.

Ce qui se passe à la frontière franco-italienne est odieux. La manière dont la France se comporte avec les personnes exilées est odieuse, tout comme l’est la manière dont l’Europe agit.

Vendredi soir, après le briefing où j’ai rencontré une petite trentaine de bénévoles, je suis parti comme chacun.e rejoindre une position bien précise. Avec Médecins du Monde et son président, Philippe de Botton, notre tâche était de marauder dans le village de Montgenèvre, d’être prêts à intervenir si les équipes sur les pistes retrouvaient des personnes qui nécessitaient une intervention médicale.

Alors que nous tournons dans le village, nous voyons le bus de ligne qui arrive. Une voiture de gendarmerie est garée. Nous nous approchons. Des gens sont descendus du bus et emmenés au poste.

Nous nous y rendons immédiatement.

Je me présente. Le chef de poste est prévenu : il m’autorise à entrer, seul. Je lui explique que je suis député européen, et je lui dis ce que je fais là. Je propose que Médecins du Monde me rejoigne, il refuse. Ma collaboratrice non plus ne peut pas m’accompagner.

Je me retrouve donc tout seul dans le poste et je demande ce qui est en train de se passer. Réponse :  un groupe est entendu à l’étage, ils sont en train de prendre leur déclaration, de vérifier leur identité, de voir s’ils sont en règle. En fonction de tout ça, ils délivreront un refus de rentrer sur le territoire.

Je dis : « donc en fait vous les refoulez.
Et si ces personnes demandent l’asile ? »
On me rétorque qu’une telle situation n’existe pas, qu’il est impossible que ces personnes puissent demander l’asile.
Je réponds que pourtant, il s’agit d’une arrivée en France, qu’il y a une convention internationale.
On me dit que non, qu’ici c’est une frontière intérieure de l’espace Schengen.

Ce n’est pas le moment de débattre. Je propose donc que Médecins du Monde puisse rencontrer ces personnes. L’agent décline : pas besoin, elles sont en bonne santé.

Je demande à les voir. C’est non : je peux visiter les lieux de privation de liberté, les cellules, donc - la loi y autorise les parlementaires, mais je ne peux pas monter dans les bureaux, où elles ont été installées. Je réponds que je connais ces trois cellules, que ça fait trois fois que je viens voir, que je voudrais voir les gens là-haut : on me l’interdit… je n’ai pas le droit d’accéder à cette partie.

J’annonce que je vais attendre.
Il est 20 heures, je sors. 
Je m’installe dans une voiture de Médecins du Monde parce qu’il fait glacial et le vent souffle. Nous attendons deux heures. Vers 22h15, 22h30 je retourne au poste. 

Entre temps, le chef de poste a changé.
On me dit que les auditions sont toujours en cours, mais que les personnes n’ont pas présenté de papiers, elles vont se voir signifier un refus d’entrer. La police italienne va être appelée pour venir les chercher. Il s’agit d’une famille. 

Je demande à nouveau si tout va bien, s’il faut appeler un médecin : on me répond que non, tout va bienque la famille est au complet, qu’ils sont tous là, les parents, les enfants, donc que tout va bien.

Je retourne à la voiture. Avec l’équipe, on ne sait pas combien de temps nous allons attendre. Deux heures ? Quatre heures ? Le froid sévit : les maraudes se terminent pour ce soir. Nous décidons de redescendre vers Briançon : demain matin, nous irons rencontrer la famille en Italie. 

En chemin, une bénévole italienne appelle pour dire qu’ils sont prévenus qu’une famille va être refoulée. En effet : entre minuit et 1 heure, les agents italiens sont appelés par la PAF, et la famille est conduite dans un refuge, en Italie, donc : à Oulx.

Samedi, 9h30

Avec Tous Migrants, je retrouve la famille au refuge, à Oulx. Un papa avec ses deux enfants de 4 et 6 ans et un neveu de 15 ans, donc cousin des deux enfants. 

La dame n’est pas là : elle a été conduite à l’hôpital, car elle est enceinte de plus de 8 mois et demi, ce que s’est bien gardé de me dire le chef de poste la nuit dernière. 

A son arrivée au refuge, la Croix Rouge italienne a emmené directement cette femme à l’hôpital, à une quarantaine de minutes de là, car elle n’allait pas bien. 

Un bénévole humanitaire appelle une interprète farsi-italien pour recueillir le témoignage de la famille : nous apprenons que le bus ne s’est pas arrêté au village précédent le poste frontière. On ne sait pas si ces gens voulaient y descendre et continuer à pied, en tous cas le bus ne s’est pas arrêté, et ça surprend tout le monde. 

La famille est descendue du bus, le chauffeur les a remboursés. Au poste, ils ont eu des papiers qu’ils ont refusé de signer. D’après leur témoignage : la police a signé à leur place… Malheureusement sans leur donner les documents ensuite.

Le jeune ado a 15 ans. Il a perdu une partie de l’audition à cause de ce qu’il a reçu comme mauvais traitement notamment en Croatie : il est à bout, il raconte combien le périple a été terrible.

Retour en France.

Nous sommes révoltés : on s’est bien moqués de nous. 

Au beau milieu de la nuit glaciale, les forces de l’ordre ont considéré qu’une femme sur le point d’accoucher n’avait besoin d’aucune assistance… Douze heures plus tard, elle donnait naissance à son bébé. 

C’est une évidence : il y a une rupture totale de confiance. Je suis outré de ce comportement des forces de l’ordre françaises, qui agissent sur ordre - ils le précisent tous. 

Nous sommes allés avec Philippe de Botton trouver le chef de poste pour dire notre indignation, pour dire que leur obstination avait mis en danger la vie de la mère et de l’enfant.

Ces agissements sont scandaleux.

Et il y a aussi cette signature qui vient corroborer différents témoignages déjà recueillis par le passé, témoignages de gens qui refusent de signer les documents qu’on leur demande de signer : les agents, alors signent à leur place sans le stipuler (la loi les autorise à signer pour eux, à condition que ce soit notifié, relaté sur le document).

Quand on fait le bilan avec les bénévoles qui œuvrent chaque jour, chaque nuit sur le terrain : le renforcement des forces de l’ordre, la débauche de moyens humains, techniques, financiers ne sert à rien. C’est illusoire. Ça sert juste à l’État à montrer ses muscles

Les Maraudes Solidaires mettent l’accent sur la solidarité qui est tant malmenée. Les élu.e.s qui se succèdent sont solidaires du monde associatif, avec les bénévoles, avec les exilé.e.s qui arrivent, avec les ONG, avec toutes celles, tous ceux qui font en sorte que cette solidarité continue d’exister.

Les combats perdus d’avance sont ceux que l’on ne mène pas.
Il faut bousculer l’opinion publique, il faut faire savoir, il faut raconter.
Il faut expliquer, il faut faire écho aux identitaires, aux bêtises débitées par nos responsables politiques au sujet des migrations et des soi-disant « flux migratoires ». 

Il n’y a pas de problème migratoire.
Il y a un drame de l’accueil.

#MARAUDESSOLIDAIRES

JEUDI 18, VENDREDI 19 ET SAMEDI 20 FEVRIER 2021. NON SEULEMENT CE N’EST PAS DE L’ACCUEIL, MAIS C’EST UNE MISE EN DANGER DE PERSONNES VULNERABLES

25 février 2021
Quatrième fin de semaine, quatrième tour de garde des Maraudes Solidaires. Député européen, Claude Gruffat arrive à Briançon jeudi 18 février ; il s’apprête à vivr...

SAMEDI 13 ET DIMANCHE 14 FEVRIER 2021. LE COURAGE DES BENEVOLES : ILS, ELLES INCARNENT UNE EUROPE DE LA SOLIDARITE.

25 février 2021
Samedi soir, 19 heures : après un long voyage en train vers Briançon, Tilly Metz, députée européenne luxembourgeoise et son assistante Zita Massing, sont accueilli...

LIRE LA LETTRE ENVOYEE JEUDI 11 FEVRIER À EMMANUEL MACRON

11 février 2021
ICI #MARAUDESSOLIDAIRES Retour page précédente

SAMEDI 6 FEVRIER 2021. UN FROID GLACIAL ACCOMPAGNÉ D’UN VENT CINGLANT.

9 février 2021
Samedi matin, 9 heures : tout juste arrivée à Briançon, Caroline Roose, députée européenne retrouve les bénévoles de l’association « Tous Migrants ». Elle est la seconde parlementaire à se rendre sur place pour assurer les tours de garde mis en ...

A LA FRONTIERE, LA SOLIDARITE ET LA FRATERNITE

2 février 2021
Depuis plusieurs semaines, la situation à Montgenèvre - 1800 m d’altitude, à la frontière franco-italienne, est de plus en plus tendue. Multiplication des atteintes aux droits humains, refoulements des exilé.e.s et harcèlement constant des bénév...

VENDREDI 29 JANVIER 2021. IL Y A UN AVANT ET UN APRES.

2 février 2021
Il est presque 19 heures : Benoit Biteau, député européen, donne le coup d’envoi de nos Maraudes Solidaires. Le temps est glacial. Dans la nuit, plongés dans la neige, les bénévoles l’emmènent dans leur travail de fraternité. Durant 24 heures, Ben...

Les maraudes solidaires : élu·e·s écologistes et solidaires aux côtés des exilé·e·s et des bénévoles à Montgenèvre

29 janvier 2021
À partir de ce vendredi 29 janvier, des élu·e·s solidaires du Parlement européen et du Sénat se relaieront auprès des bénévoles pour effectuer des maraudes solidaires à Montgenèvre, à la frontière avec l’Italie, et accueillir les exilé·e·s contrai...
DAMIEN CAREME

Député Européen Verts / ALE**,
Président de l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants.

Biographie
Logo EELV
Logo les vertes ALE