EMPATHIE
19 avril 2021

VENDREDI 19 ET SAMEDI 20 MARS 2021. CETTE POLITIQUE DESHUMANISE TOUT LE MONDE

Lorsque Marie Toussaint, députée européenne arrive à Montgenèvre le vendredi 19 mars, il est aux alentours de 19h30. La nuit est déjà tombée, elle est épaisse.  

Et il fait -10 dégrés.

Nous retrouvons les bénévoles de Médecins du Monde. A peine le frein à main de notre voiture serré, le premier contrôle de gendarmerie survient.

" Les associations présentes sur le terrain nous avaient prévenus du harcèlement imposé par les forces de l’ordre. 

Alors que les deux pandores tiennent encore nos papiers dans leurs mains, nous entendons un cri. Puis nous percevons des mouvements. Une course poursuite s'engage dans le champ de neige qui s'étend face au poste. Une chasse à l’homme, aux hommes… Les forces de l’ordre ramènent au poste de la police aux frontières deux jeunes exilés : ils y passent plusieurs heures avant d’être reconduits à la frontière.

Cette même nuit noire et glaciale, entre 20h et minuit, pas moins de 16 personnes tombent entre les mains des autorités. Parmi elles, une femme qui souffre d’une maladie cardiaque. Nous insistons en vain : la police refuse de laisser le médecin bénévole de Médecins du Monde s’approcher d’elle. Pourquoi ? Parce qu’elle n’en a pas demandé l’assistance. Cette dame, comme les autres, est ramenée à la frontière italienne.

Gendarmes, douaniers, police aux frontières… La militarisation du passage entre la France et l’Italie ne relève pas du fantasme. Alors certes, ni miradors, ni barbelés, mais nul ne peut circuler sans croiser les voitures des forces de l’ordre, dans des allées et venues incessantes. Ils sont plusieurs dizaines, différents corps et différentes fonctions, à contrôler la ligne frontalière, pour tenter quoi qu’il en coûte d’arrêter celles et ceux qui poussé·e·s par le désespoir, la peur ou la faim, tentent d’atteindre ce pays qu’on leur a promis “des Droits de l’Homme”. Un pays où les camions de marchandises, eux, arrivent sans encombre et par dizaines cette nuit-là. 

Le lendemain, nous sommes de nouveau aux côtés des bénévoles. Jours après nuits, ils se relaient, marchent des heures dans la neige pour secourir les exilé·e·s arrivé·e·s en France et perdu·e·s, ou blessé·e·s, ou frigorifié·es·. L’acharnement des forces de l’ordre conduit ces personnes en recherche de refuge à prendre toujours plus de risques, et les bénévoles à crapahuter toujours plus loin, toujours plus longtemps. Contrôles d’identité à répétition, arrestations, amendes absurdes…

 Ce samedi-là, une manifestation est co-organisée par les associations de solidarité et la Confédération paysanne. L’un des paysans présents sera d’ailleurs arrêté, mis en garde à vue avec un autre des bénévoles, pour plus de 24 heures, sans véritable motif. La police locale avait pour ordre « d’en haut » de ne répondre à aucune de nos questions ; ce sera aussi le cas pour ces deux manifestants. Tout est bon pour décourager les élans de solidarité.

Cette situation, cette politique, déshumanise tout le monde. Evidemment les personnes en quête de refuge, sont les premières victimes d’une fermeture des frontières d'apparat. Car oui, ces jours et ces nuits passés à défier le froid et la fatigue, n’ont qu’une et une seule vocation : permettre aux dirigeants de prétendre qu’ils agissent. 

Car selon les estimations de toutes les parties prenantes à ce jeu de dupes, 100% des exilé.e.s réussissent, un jour où l’autre, à passer la frontière. La question est ici de savoir en combien de temps, et s’ils la traverseront en vie.

Peu importent les efforts déployés, la militarisation et les traitements inhumains, les arrestations et les refoulements en dépit du droit de demander l’asile en France… les exilé·e·s continueront de tout tenter pour traverser et atteindre un espoir de vie meilleure. Ni l'intransigeance du gouvernement, ni la mise en scène grotesque et inhumaine de son autorité n’y changeront rien.

#MARAUDESSOLIDAIRES

MARDI 20 AVRIL, LE JOURNAL LE MONDE PUBLIE NOTRE TRIBUNE COLLECTIVE « LA SOLIDARITÉ N’EST PAS UN DÉLIT ! »

20 avril 2021
Avec Guillaume Gontard, Martine Landry, Cédric Herrou, François Gemenne, et beaucoup d’autres, je signe cette tribune qui exhorte le gouvernement français à cesser ses pratiques indignes.  Extrait : « L’hiver est off...

SAMEDI 27 ET DIMANCHE 28 FEVRIER 2021. UNE SITUATION DE NON DROIT

8 mars 2021
Pour nouveau tour de garde des Maraudes Solidaires, c’est Michèle Rivasi, députée européenne qui s’est rendue à Montgenèvre. Dès son arrivée, elle a rejoint les bé...

JEUDI 18, VENDREDI 19 ET SAMEDI 20 FEVRIER 2021. NON SEULEMENT CE N’EST PAS DE L’ACCUEIL, MAIS C’EST UNE MISE EN DANGER DE PERSONNES VULNERABLES

25 février 2021
Quatrième fin de semaine, quatrième tour de garde des Maraudes Solidaires. Député européen, Claude Gruffat arrive à Briançon jeudi 18 février ; il s’apprête à vivr...

VENDREDI 19, SAMEDI 20 et DIMANCHE 21 FEVRIER 2021. AUX CONFINS DE L’ABSURDE

25 février 2021
Ce quatrième tour de garde des Maraudes Solidaires était également assuré par Gwendoline Delbos-Corfield, députée européenne. Arrivée à Briançon vendredi 19 févr...

SAMEDI 13 ET DIMANCHE 14 FEVRIER 2021. LE COURAGE DES BENEVOLES : ILS, ELLES INCARNENT UNE EUROPE DE LA SOLIDARITE.

25 février 2021
Samedi soir, 19 heures : après un long voyage en train vers Briançon, Tilly Metz, députée européenne luxembourgeoise et son assistante Zita Massing, sont accueilli...

VENDREDI 12 FEVRIER ET SAMEDI 13 FEVRIER 2021. SE BATTRE POUR QUE LA VIE HUMAINE SOIT RESPECTEE

14 février 2021
Ce soir, samedi 13 février 2021 : je me sens encore plus déterminé à me battre pour faire respecter les droits et les conventions internationales. Pour faire respecter ce qui fait la vie humaine, le vivre ensemble. Traiter des êtres humains comm...

LIRE LA LETTRE ENVOYEE JEUDI 11 FEVRIER À EMMANUEL MACRON

11 février 2021
ICI #MARAUDESSOLIDAIRES Retour page précédente

SAMEDI 6 FEVRIER 2021. UN FROID GLACIAL ACCOMPAGNÉ D’UN VENT CINGLANT.

9 février 2021
Samedi matin, 9 heures : tout juste arrivée à Briançon, Caroline Roose, députée européenne retrouve les bénévoles de l’association « Tous Migrants ». Elle est la seconde parlementaire à se rendre sur place pour assurer les tours de garde mis en ...
DAMIEN CAREME

Député Européen Verts / ALE**,
Président de l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants.

Biographie
Logo EELV
Logo les vertes ALE